Jean Gadrey : «La croissance ne reviendra sans doute jamais»

Par

Plus de vingt mille personnes ont défilé samedi à Francfort, pour dénoncer les dérives des politiques d'austérité menées en Europe. Est-il possible de concilier austérité et croissance, comme le prétendent à présent la plupart des dirigeants européens ? Entretien avec l'universitaire Jean Gadrey, qui propose d'autres pistes pour sortir de la crise. 

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Plus de vingt mille personnes ont défilé samedi à Francfort, à l'appel du collectif Blockupy Frankfurt, pour dénoncer les dérives des politiques d'austérité menées en Europe, en particulier sous l'impulsion de la Banque centrale européenne (BCE). C'est le point d'orgue d'une série de mobilisations enclenchées depuis mercredi, qui visent à gêner l'activité des banques au quotidien, dans la capitale financière de l'Allemagne (voir des diaporamas sur le site du Franckfurter Rundschau).

Le climat est particulièrement tendu depuis que la police a interpellé, vendredi, plus de 400 personnes dans la ville. En réaction, les Anonymous ont temporairement bloqué le site de la mairie de Francfort. Les autorités avaient décidé d'interdire les rassemblements de jeudi et vendredi, mais ont autorisé le défilé de samedi.

Dans la ligne de mire des activistes venus de toute l'Europe : les effets chaotiques de la politique menée en Grèce par la « Troïka » (le Fonds monétaire internationale, la Commission européenne et la BCE), l'absence de contrôle démocratique sur une institution aussi puissante que la BCE, ou encore le « pacte budgétaire », ce traité européen en chantier, qui devrait renforcer la discipline budgétaire au sein de la majorité des États membres de l'Union.

'Blockupy' Frankfurt protest: 400 arrested © euronews (in English)

Ces actions interviennent à quelques jours d'un sommet européen informel, mercredi soir à Bruxelles, consacré au retour de la croissance sur le continent. Cette réunion doit préparer le terrain à l'adoption d'un « pacte de croissance », complément d'un « pacte de rigueur budgétaire ». Depuis l'élection de François Hollande, le 6 mai, tout le monde, désormais, parle de croissance.

Mais si le candidat socialiste a remporté une première victoire, celle de l'agenda politique, il est encore loin d'avoir gagné sur le fond. Car personne, en fait, ne donne le même contenu à ce mot valise de « croissance ». Preuve du flou ambiant, la Commission européenne défend toujours les trois mêmes piliers, pour sortir le continent de la crise : discipline budgétaire, investissements ciblés dans des secteurs à forte croissance, et réformes structurelles. Mais ces directions sont-elles compatibles, d'un point de vue économique ? Peut-on allier austérité et croissance ?

À partir d'aujourd'hui, et durant les jours à venir, Mediapart donne la parole à une série d'économistes hétérodoxes, pour ne pas enfermer le débat sur l'austérité et la croissance dans son carcan bruxellois. Le premier à répondre à nos questions est l'universitaire Jean Gadrey. Membre du conseil scientifique d'Attac, et spécialiste des indicateurs de richesse, il déconstruit les discours des dirigeants européens sur la relance de l'économie.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

D'autres interventions d'économistes hétérodoxes suivront, dans les jours à venir, sur Mediapart, jusqu'au sommet européen de mercredi soir.
L'entretien s'est déroulé par échanges de mails, et a été complété par téléphone.