Gemalto accepte la contre-offre de Thales, Atos renonce

Par
Thales a surenchéri dimanche pour prendre le contrôle de Gemalto, avec une offre de 4,8 milliards d'euros, supérieure aux 4,3 milliards proposés par la SSII Atos, qui a jeté l'éponge, évitant ainsi une bataille fratricide dans l'industrie technologique française.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Thales a surenchéri dimanche pour prendre le contrôle de Gemalto, avec une offre de 4,8 milliards d'euros, supérieure aux 4,3 milliards proposés par la SSII Atos, qui a jeté l'éponge, évitant ainsi une bataille fratricide dans l'industrie technologique française.