La Grande-Bretagne autorise la construction d’un EPR

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Grande-Bretagne vient d’autoriser la construction de sa première nouvelle centrale nucléaire depuis 1995, a annoncé mardi le ministre de l’énergie et du changement climatique, Edward Davey. Il s’agit de deux réacteurs EPR, d’un coût de plusieurs milliards d’euros. L’installation sera située à Hinckley Point, et sera opérée par NNB Generation, une filiale de la branche britannique d’EDF, EDF Energy.

Cette annonce intervient alors que le gouvernement britannique prépare une vaste réforme de son marché de l’électricité, qui vise à introduire un tarif garanti d’achat (les « contrats de différence ») pour les renouvelables mais aussi pour le nucléaire, présenté comme une énergie « faible en carbone ». Le gouvernement de David Cameron souhaite accorder une substantielle place à l’atome dans son mix énergétique afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. EDF est depuis des mois en négociation difficile avec Londres sur le niveau retenu pour le tarif d’achat. L’été dernier, des parlementaires avaient officiellement protesté contre l’opacité de ces discussions (voir ici).