La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mardi 17 mars, à 8 h 30, à l’ouverture de l’Intermarché où elle est caissière depuis une trentaine d’années, Isabelle a ressenti « un vrai coup de fatigue mentale ». Déjà les clients massés devant les portes. En groupe, en famille, enfants, adultes et Caddies pour un nouveau rush avant le midi fatidique du confinement obligatoire. « Le patron nous a réunis une minute, pas plus, pour nous annoncer qu’il nous donnerait des attestations de déplacement. Et il est parti. Pas un mot, pas un merci, rien. Pas même une bouteille d’eau, un encouragement ou des conseils de sécurité. »