WASHINGTON/TOKYO (Reuters) - Quatre constructeurs automobiles ont accepté de verser 553 millions de dollars (498 millions d'euros) pour indemniser les propriétaires d'environ 16 millions de véhicules qui avaient fait l'objet d'un rappel en raison de leurs airbags Takata potentiellement défectueux.