Le retentissant échec économique et social de François Hollande

Par

Malgré des taux d'intérêt au plus bas, la baisse de l'euro et des prix du pétrole, la croissance ne devrait pas, selon l'Insee, dépasser +1,2 % en 2015. Du même coup, le taux de chômage ne devrait pas baisser. La déréglementation du marché du travail, accélérée par la loi Macron, risque de renforcer la précarité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le débat économique français, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) est l’arbitre que nul ne peut contester. Chargé de collecter toutes les données économiques et démographiques du pays, c’est aussi lui qui produit les prévisions les plus fiables, parce qu’elles sont adossées précisément sur ces nombreuses enquêtes ; et aussi parce qu’elles portent traditionnellement sur un horizon très court : jamais au-delà de six mois.