Vers une inquiétante banalisation de la Caisse des dépôts

Par

Le projet de loi Pacte transforme le statut de la Caisse des dépôts pour rapprocher l’établissement public des « standards du droit commun bancaire ». Les syndicats craignent que cette banalisation ne soit le prélude à une privatisation. La direction évoque une simple modernisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Créée en 1816, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) joue depuis plus de deux siècles un rôle tout à la fois considérable et très singulier dans l’économie française. Considérable parce que l’établissement public est l’investisseur de long terme de la place de Paris ; parce qu’il gère une bonne partie des caisses de retraite des Français ; parce qu’il est le principal financeur des collectivités locales ; ou encore parce qu’il gère le Fonds d’épargne où est centralisée une partie de la collecte du livret A, qui finance le logement social. La Caisse est aussi tout à fait singulière parce qu'elle est placée depuis sa création sous la protection du Parlement et dispose d’un statut d’autonomie vis-à-vis du gouvernement.