«Gilets jaunes», pourquoi les trouve-t-on si gentils

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il fallait être aveugle pour ne pas le voir. La France qui, samedi 17 novembre, a occupé les ronds-points, ralenti les autoroutes, bloqué l’entrée des villes et tenté de monter sur l’Élysée était celle des zones périphériques et des petites classes moyennes. Cette France qui vient d’ordinaire bien peu nourrir les mouvements sociaux agitant régulièrement l’Hexagone.