Ghislaine Tormos chronique une vie d'ouvrière à PSA-Aulnay

Par

Ouvrière sur une ligne de montage à l’usine automobile PSA d’Aulnay-sous-Bois, Ghislaine Tormos a découvert la lutte et l'écriture à 50 ans. Cela donne Le Salaire de la vie. Un récit à lire vite pour qui veut redescendre sur terre, au moment où l’État et le constructeur automobile chinois Dongfeng s'apprêtent à rentrer au capital du groupe PSA. Portrait et bonnes feuilles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ghislaine Tormos aurait voulu léguer à ses enfants « une petite maison avec un jardin ». « C'est le rêve de tous les parents », dit-elle. Mais à 51 ans, après des années de petits boulots au noir ou en intérim, puis dix ans de CDI sur une chaîne automobile de PSA payés 1 500 euros net par mois, elle doit reconnaître qu'elle n'en aura « jamais » les moyens. Son livre sera leur « héritage ». Il s'appelle Le Salaire de la vie et vient de paraître aux éditions Don Quichotte.