Grèce: pourquoi l'Allemagne a décidé de faire un exemple

Par
Avec la Grèce, l'Allemagne a manifestement décidé de faireun exemple. En poussant Athènes dans les bras du FMIet éventuellement hors de la zone euro, Berlin cherche la «crisesalutaire» qui permettrait de remettre une Union économique et monétaireépurée sur les rails de la vertu budgétaire. La France, premier emprunteur dela zone euro cette année, est prévenue. Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avril 1995: les ministres européens de l'Economie et des Finances sont réunis à Versailles, sous présidence française de l'UE. A l'ordre du jour, les pièces et les billets de la future monnaie unique, dont le train est lancé et aboutira, en 1999, à la création de l'euro. Les Britanniques, qui feignent de vouloir participer à l'aventure, se battent pour la face «nationale» des pièces, afin que le profil de sa Gracieuse Majesté continue à traîner dans les poches de ses sujets. Soutenus par tout ce que l'Europe compte de monarchies constitutionnelles, ils ont gain de cause. L'objectif de la délégation allemande est tout autre: empêcher que le mot euro soit décliné également en caractères grecs sur les futurs billets. Pour l'Allemagne, cela reviendrait à considérer comme réglée la question de l'admission de la Grèce dans l'Union économique et monétaire.