Grèce: pourquoi l'Allemagne a décidé de faire un exemple

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avril 1995: les ministres européens de l'Economie et des Finances sont réunis à Versailles, sous présidence française de l'UE. A l'ordre du jour, les pièces et les billets de la future monnaie unique, dont le train est lancé et aboutira, en 1999, à la création de l'euro. Les Britanniques, qui feignent de vouloir participer à l'aventure, se battent pour la face «nationale» des pièces, afin que le profil de sa Gracieuse Majesté continue à traîner dans les poches de ses sujets. Soutenus par tout ce que l'Europe compte de monarchies constitutionnelles, ils ont gain de cause. L'objectif de la délégation allemande est tout autre: empêcher que le mot euro soit décliné également en caractères grecs sur les futurs billets. Pour l'Allemagne, cela reviendrait à considérer comme réglée la question de l'admission de la Grèce dans l'Union économique et monétaire.