A peine signé, l’accord Veolia-Suez prend l’eau

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le grain de sable qui pourrait faire tout dérailler. Alors que la guerre entre Suez et Veolia, deux champions français de gestion de l’eau et des déchets, semblait être définitivement achevée après la signature d’un compromis le 12 avril, tout pourrait capoter à nouveau, faute de l’aval d’une des principales parties prenantes de l’accord : le fonds Ardian.