Privé ou public : qui s'occupe le mieux des chômeurs?

Par
Pôle Emploi, déjà débordé par l'afflux actuel de chômeurs avant une rentrée qui s'annonce dramatique sur le front de l'emploi, va confier d'ici 2011 le suivi de 320.000 chômeurs aux cabinets privés spécialisés dans le reclassement des chômeurs. Un juteux marché de 100 millions d'euros en 2009, 200 millions les années suivantes. Voire plus : le secrétaire d'Etat à l'emploi, Laurent Wauquiez, n'exclut pas d'en confier jusqu'à 250.000 par an aux opérateurs privés. Ce pourrait même être plus : selon le secrétaire d'Etat à l'emploi. Le suivi par le privé est-il pour autant plus efficace? Le débat n'est toujours pas tranché. Mais le gouvernement, lui, semble avoir trouvé la réponse...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 21 juillet fut une journée décisive pour les cabinets privés spécialistes du reclassement et du traitement des chômeurs, les Altedia, BPI, Adecco et autres Ingeus : direction et syndicats de Pôle emploi se sont en effet réunis pour attribuer un immense marché. D'ici 2011, 320.000 chômeurs vont être confiés au privé. En deux lots : 150.000 victimes de licenciements économiques, titulaires d'une convention de reclassement personnalisé (CRP) ou d'un contrat de transition professionelle (CTP) ; et 170.000 chômeurs menacés de chômage de longue durée.