Comment la politique monétaire «non conventionnelle» aggrave les inégalités

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De tous les défauts, risques avérés ou potentiels, et dégâts collatéraux inhérents aux politiques monétaires dites « non conventionnelles », mises en œuvre depuis une décennie par les principales banques centrales et inlassablement documentées dans ces colonnes (lire ici), il en est un qui a insuffisamment retenu l’attention : la puissante contribution à l’accroissement des inégalités, thème pourtant en vogue s’il en est.