«L'abeille et l'économiste», une lecture iconoclaste de la crise financière

Par
Yann Moulier-Boutang rompt avec les vertueuses indignations que suscite l'actuelle rupture dans l'histoire du capitalisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le tsunami de la production éditoriale sur la crise financière, L'Abeille et l'Economiste de Yann Moulier-Boutang émerge comme un de ces vestiges précieux que la mer rejette exceptionnellement sur le rivage. Vestige d'une époque où la pensée n'était pas «prête à porter», fabriquée à la chaîne pour être consommée dans l'instant. Ici, on échappe enfin aux «informations» fanées depuis longtemps, au recyclage du Financial Times, aux reconstructions auto-justificatrices de ceux qui brûlent aujourd'hui ce qu'ils adoraient il y a peu, aux recettes d'hier appliquées aux défis d'avant-hier.