Uramin, l'autre dossier qu'Areva voudrait oublier

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Brusquement, la loi du silence qui semblait entourer Areva paraît se briser depuis l'annonce du non-renouvellement d'Anne Lauvergeon à la présidence du groupe nucléaire. Tandis que les salariés se déchirent à l'intérieur du groupe entre les fidèles d'Anne Lauvergeon et ceux qui souhaitent tourner la page, à l'extérieur les langues commencent à se délier. Soudain, le « bon bilan » n'apparaît plus aussi solide. Des dossiers, soigneusement enterrés, reviennent à la surface. Et parmi ceux-ci, celui d'Uramin, un groupe minier canadien d'uranium racheté en 2007.