Crise financière: c'est reparti de plus belle !

Par
L'espoir d'une sortie rapide de la crise financière s'est envolé. Elle repart de plus belle, nourrie par l'effondrement du marché immobilier et le ralentissement économique. «Le pire est devant nous», prédit Kenneth Rogoff, ancien chef économiste du FMI. Les banques américaines se retrouvent à nouveau en première ligne. La nationalisation des deux principales institutions hypothécaires du pays, Fannie Mae et Freddie Mac, n'est plus considérée comme taboue. Wall Street s'interroge aussi sur les moyens de sauver la prestigieuse banque d'investissement Lehman Brothers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'espoir d'une sortie rapide de la crise financière semble définitivement envolé. Alors que les banques affirmaient encore il y a un mois que les difficultés étaient derrière elles, aujourd'hui plus aucune d'entre elles n'oserait réitérer un tel avis. Toutes s'attendent même à un début d'automne dur, « catastrophique même », pronostique un banquier.