La loi El Khomri menace les salariés des wagons-bars

Par

Les salariés de la restauration ferroviaire pourraient être les victimes collatérales de la réduction massive du nombre de branches professionnelles. Employés par un prestataire, ils craignent d’être assimilés aux salariés de la restauration rapide.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La loi El Khomri prévoyait, entre autres transformations du code du travail, de réduire drastiquement le nombre de branches professionnelles en France. L’objectif est de passer, à terme, de 700 à 200 branches pour les rendre, affirmait le gouvernement de l’époque, « plus fortes » et améliorer ainsi « les normes conventionnelles ». Cette grande opération de restructuration, présentée comme purement technique, a néanmoins des implications parfois très concrètes sur les conditions de travail d’un certain nombre de salariés.