Le secret fiscal vers les oubliettes suisses

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Suisse, il était il y a quelques jours encore considéré comme le tabou ultime. Pourtant, l’échange automatique d’informations bancaires a de très bonnes chances de s’imposer dans ce qui fut le plus farouche bastion du secret fiscal. Une révolution discrètement actée ce week-end par le dirigeant du lobby bancaire, Patrick Odier, président de l’Association suisse des banquiers (ASB). Dans une interview au journal NZZ am Sonntag, il a reconnu que si le principe de l’échange automatique devenait un standard reconnu internationalement, « nous pourrons nous adapter ».