Suicide d’un salarié de Renault: «Tu expliqueras ça à mes filles, Carlos»

Par

L'Humanité publie la lettre laissée par un salarié qui s'est donné la mort à l'usine de Cléon, et dénonçant « pression » et « chantage ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un salarié de Renault s'est suicidé dans la nuit de dimanche à lundi à l'usine de Cléon. Dans une lettre publiée dans l'Humanité, il explique subir « pression » et « chantage » de la part du groupe, depuis qu’il s’est mobilisé contre les accords dits de compétitivité-emploi cet hiver.