Réforme de la zone euro: le risque du retour à «Merkozy»

Par

Bruno Le Maire a confirmé, lors de son premier voyage à Berlin, ce lundi 22 mai, sa proximité de vue avec Wolfgang Schäuble. D’ores et déjà, la France semble accepter de donner la priorité à la logique économique actuelle de la zone euro, faite de consolidation budgétaire et de dévaluations compétitives.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un peu plus d’une semaine après l’investiture d’Emmanuel Macron, les modalités d’un accord franco-allemand sur l’avenir de la zone euro commencent à se dessiner. Progressivement, le nouvel exécutif français précise ses objectifs tandis que le gouvernement fédéral allemand définit ses conditions. Lundi 22 mai, le ministre français de l’économie, Bruno Le Maire, et son homologue fédéral aux finances, Wolfgang Schäuble, ont annoncé qu’un groupe de travail présenterait « une feuille de route ambitieuse » lors d’un conseil des ministres franco-allemand, en juillet. Mais d’ores et déjà, la logique d’ensemble paraît mise en place.