Zone euro: La croissance ralentit dans le secteur privé

Par
La croissance du secteur privé a ralenti plus que prévu ce mois-ci dans la zone euro tout en restant robuste et accompagnée d'une hausse des prix, montrent les résultats provisoires des enquêtes d'IHS Markit auprès des directeurs d'achat.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LONDRES (Reuters) - La croissance du secteur privé a ralenti plus que prévu ce mois-ci dans la zone euro tout en restant robuste et accompagnée d'une hausse des prix, montrent les résultats provisoires des enquêtes d'IHS Markit auprès des directeurs d'achat.

L'indice PMI composite de la zone euro, considéré comme un baromètre fiable pour la croissance, s'est tassé à 54,3 en juillet contre 54,9 en juin. La prévision médiane des économistes interrogés par Reuters était de 54,8.

L'indice reste ainsi nettement au-dessus du seuil de 50 à partir duquel il rend compte d'une croissance.

L'indice PMI des services a reculé à 54,4 contre 55,2 en juin, inférieur lui aussi au consensus qui était à 55,0.

Le sous-indice des entrées de commandes a baissé à 53,7 contre 54,9.

Le secteur manufacturier a revanche fait mieux qu'attendu avec un indice PMI à 55,1 en version flash, contre 54,9 en juin et 54,6 attendu par les économistes. Le sous-indice de la production est resté stable à 54,2 mais celui des achats de matières premières est tombé à 53,0, son plus bas niveau depuis septembre 2016, contre 53,3 en juin.

"On a encore un rythme de croissance très correct (mais) semble-t-il appelé à ralentir car chacun des indices pointe vers un affaiblissement de la croissance", commente Chris Williamson, chef économiste d'IHS Markit pour les entreprises.

"En juillet, on a observé une forte hausse du nombre d'entreprises se disant inquiètes sur les perspectives de la croissance mondiale et l'impact de l'escalade des tensions commerciales", ajoute-t-il.

En l'état, les indices PMI de juillet laissent prévoir une croissance de 0,4% au troisième trimestre, soit un peu moins de celle de 0,5% actuellement attendue par les économistes interrogés par Reuters.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale