Theresa May contre une interdiction d'Uber

Par
La Première ministre britannique, Theresa May, a estimé jeudi qu'il ne fallait pas interdire à Uber de fonctionner mais plutôt l'amener à respecter les règles en matière de droit du travail et de sécurité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

DAVOS, Suisse (Reuters) - La Première ministre britannique, Theresa May, a estimé jeudi qu'il ne fallait pas interdire à Uber de fonctionner mais plutôt l'amener à respecter les règles en matière de droit du travail et de sécurité.