Bernard Thibault (CGT) : «Un faux dialogue social»

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, dresse un constat alarmiste de l'état du dialogue social depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée: « C'est un faux dialogue, les arbitrages sont prononcés avant même que l'on ait commencé à discuter. » Retraites, représentativité syndicale et patronale, UIMM : devant la caméra de Mediapart, il balaie les dossiers chauds du moment.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Une majorité de français a cru comprendre ou entendre des engagements en terme de pouvoir d'achat. » Voilà la cause principale du «mécontentement social » que Bernard Thibault sent poindre dans le pays, et dont, dit-il, les municipales ont été le révélateur. Le leader de la CGT met également en cause les indicateurs économiques officiels, « qui ne réflètent pas les difficultés de vie quotidienne de nos concitoyens ». Ainsi, ceux du chômage prennent mal en compte « la précarité de l'emploi». « On ne s'intéresse pas aux types d'emplois qui sont aujourd'hui créés, beaucoup plus précaires et instables que les emplois précédents.»