«LuxLeaks»: les enjeux d’un procès explosif

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas un procès banal qui s’ouvre mardi 26 avril au Luxembourg, ce petit pays tranquille coincé entre Allemagne, France et Belgique, dont la santé économique dépend en grande partie de son secteur financier surdéveloppé. Du 26 avril au 4 mai, seront jugés les lanceurs d’alerte et le journaliste à l’origine de « LuxLeaks », le retentissant scandale ayant démontré que le pays avait accordé de juteux avantages fiscaux aux entreprises désireuses de s’installer sur son territoire. Sur France 2 en 2012 d’abord, puis dans le monde entier en 2014 sous l’égide du Consortium international des journalistes d’investigation (Icij), étaient apparues des centaines de documents accréditant aux yeux du monde ce dont certains se doutaient depuis des années : Apple, Amazon, Ikea, McDonald’s ou BNP-Paribas bénéficiaient d’accords exorbitants avec les autorités luxembourgeoises, leur permettant de payer un montant d’impôt ridicule sur leurs bénéfices.