Nissan aux commandes de Mitsubishi: la patience du prédateur

Par

La prise de contrôle de Mitsubishi Motor (MMC) installe l'Alliance Renault-Nissan, dont le centre de gravité glisse vers Yokohama, dans le quatuor de tête d'une industrie automobile mondiale en pleine mutation. Et pendant ce temps-là, les gouvernants français amusent la galerie. Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Attendre le temps qu’il faudra, des années si nécessaire, et frapper vite et fort au bon moment. Nissan Motor a adopté ce comportement classique du prédateur pour acquérir une minorité de blocage dans Mitsubishi Motor Corporation (MMC) une dizaine d’années après une première approche. « Carlos Ghosn attend depuis dix ans que le fruit mûr lui tombe dans la main », résume un bon connaisseur du dossier. Et « il paye un prix équivalent à celui que Renault a versé en 1999 pour prendre le contrôle de Nissan. Une affaire ».