Retardé d'un an, l'EPR de Flamanville face à de nouvelles dérives

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Huit ans de retard, un dépassement de plus de 5 milliards d’euros par rapport aux prévisions originelles. Ce sont les chiffres provisoires qui peuvent être dressés, à ce stade, pour le projet de l’EPR de Flamanville, après l’annonce d’un nouveau retard mercredi 25 juillet. À la suite d’une lettre envoyée par l’Autorité de sécurité nucléaire la veille, EDF a annoncé que les problèmes de soudure rencontrés sur le chantier de la Manche l’amèneraient à les reprendre et les revérifier. Conséquence : le démarrage du réacteur est reporté à nouveau d’un an. Au mieux, celui-ci pourrait avoir lieu fin 2019, et plus probablement au cours du premier trimestre 2020. Ce retard, selon EDF, entraînera un dépassement supplémentaire de 400 millions d’euros.