Schneider confiant pour 2018, en avance sur le rachats d'actions

Par
Schneider Electric a de nouveau relevé jeudi plusieurs de ses objectifs 2018 au vu d'un troisième trimestre marqué par une forte croissance en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique, et indiqué qu'il pourrait finaliser ses rachats d'actions avec six mois d'avance.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - Schneider Electric a de nouveau relevé jeudi plusieurs de ses objectifs 2018 au vu d'un troisième trimestre marqué par une forte croissance en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique, et indiqué qu'il pourrait finaliser ses rachats d'actions avec six mois d'avance.

Le spécialiste des équipements électriques basse et moyenne tensions a publié un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 8% (+7,2% en données organiques) à 6,38 milliards d'euros, supérieur au consensus Inquiry Financial/Reuters qui donnait 6,27 milliards.

A 9h19, l'action Schneider gagne 3,4638% à 59,74 euros, affichant ainsi la plus forte hausse du CAC 40, lui-même en repli de 0,15%.

"Nos diverses expositions sont un gros atout quand, avec l'Asie Pacifique et l'Amérique du Nord, nous avons deux moteurs très puissants allumés", a expliqué au téléphone à Reuters le directeur financier de Schneider, Emmanuel Babeau. "Nous avons aussi une diversité en terme d'exposition sur les technologies et les marchés finaux."

Fort de cette performance, le groupe a relevé à nouveau, comme en juillet, sa prévision de croissance organique de l'Ebita ajusté à +8%/+9%, soit le haut de la fourchette précédente de +7% à +9%, et son objectif de croissance organique du chiffre d'affaires à près de +6% (fourchette précédente +5% à +6%).

En revanche, comme cet été, il n'a pas modifié sa prévision de hausse organique de la marge d'Ebita ajusté (+30 à +50 points de base) pour tenir compte "des investissements nécessaires à la croissance du chiffre d'affaires, ainsi que de l'augmentation de certains coûts tels que l'impact des droits de douane".

L'impact négatif de ces droits de douane, liés à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, pourrait atteindre 20 millions d'euros en 2018, et jusqu'à 50 millions en 2019, a indiqué Emmanuel Babeau.

Schneider Electric a également annoncé avoir racheté pour 390 millions d'euros de ses propres actions au troisième trimestre, portant à environ 730 millions le total depuis mi-2017 sur un objectif d'environ un milliard d'euros qui devait être réalisé d'ici mi-2019.

Il pourrait décider d'accélérer ce plan et de l'achever cette année "suivant l'évolution actuelle des marchés financiers".

"Quand on a le sentiment que le prix de l'action est très bas, il est normal et souhaitable de s'interroger sur une accélération du plan", a ajouté le directeur financier de Schneider. "On verra pour 2019 mais bien sûr nous n'excluons rien."

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale