Natixis: une pluie de sanctions, sans le moindre effet!

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une zone de non-droit. Si les mauvais automobilistes qui transgressent les règles édictées par le code de la route s’exposent à de très lourdes sanctions, qui vont de l’amende jusqu’au retrait de permis ; si les citoyens qui transgressent les règles édictées par le code pénal savent que la sanction peut aller jusqu’à la prison, les banquiers, eux, savent qu’ils n’ont pas grand-chose à craindre. Quand bien même violeraient-ils constamment les règles encadrant leurs activités, celles fixées par le code monétaire et financier, ou la réglementation mise en place par les autorités de tutelle des marchés, ils savent pertinemment qu’ils ne s’exposent à aucune sanction véritable.