A la recherche du carbone perdu

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est l'un des phénomènes politiques les plus saisissants du moment : la disparition quasi totale de la question climatique du débat public. L'accident de Fukushima a produit un immense effet vertueux : replacer le modèle énergétique au cœur de la discussion politique (souvenez-vous, par exemple, du temps accordé au nucléaire dans la confrontation télévisée des candidats à la primaire socialiste il y a dix jours). Mais il est aussi responsable de ce qui commence à ressembler à un vrai recul pour l'écologie politique : la vampirisation de la question énergétique par le nucléaire.