Comment la zone euro s'est retrouvée face à l'abîme

Par

Le plan irlandais n'a servi à rien. En une semaine, la menace de contagion de la crise s'étend dans la zone euro. Après l'Irlande, le Portugal, l'Espagne, sont menacés. L'Italie et la France commencent à apparaître sur les listes. Enfermés dans leurs dogmes, les dirigeants européens sont incapables de trouver la réponse. L'Europe paie ses erreurs originelles, ses fausses routes idéologiques et ses lâchetés politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et l'impensable devient imaginable. La multiplication des dénégations des principaux responsables européens donne la mesure du péril. Avec la même vigueur qu'ils affirmaient, il y a moins de quinze jours, que l'Irlande n'avait pas besoin de la moindre aide de l'Europe et du FMI, les mêmes répètent en boucle que l'euro n'est pas en danger. Dans les coulisses pourtant, l'Union européenne et la Banque centrale européenne (BCE) s'activent autour d'un possible plan de sauvegarde au Portugal, dans l'espoir d'éteindre un incendie qui s'étend chaque jour davantage.