Aides à l’embauche d’apprentis: le retard de l’Etat

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une désagréable impression de tourner en rond. D’être promené de service en service pour, finalement, revenir au point de départ. Axel Gibert, chef d’une petite entreprise toulousaine de distribution de produits d’épicerie, commence sérieusement à s’impatienter. Il attend depuis sept mois les aides promises par l’État.