Grèce : la BCE enclenche le plan B

Par

En décidant de maintenir les fonds d’urgence bancaire à leur niveau de vendredi, la Banque centrale européenne savait qu’elle asphyxiait le système bancaire grec et plaçait la Grèce dos au mur. Le gouvernement grec a annoncé la fermeture des banques et des marchés lundi. Elle devrait durer une semaine, jusqu'à la tenue du référendum.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les apparences sont sauves, les traités sont respectés : la Banque centrale européenne ne sera pas l’institution qui prendra la décision politique de pousser la Grèce hors de la zone euro. Réunis dans l’urgence dimanche en début d’après-midi, les membres de l’institution monétaire européenne ont opté pour une solution – en apparence – de compromis. Soulignant, dans un communiqué, qu’elle a pris « note de la décision des autorités grecques de tenir un référendum et de la non-prolongation du programme d’ajustement de la Grèce », la BCE a annoncé sa décision de maintenir son programme d’assistance d’urgence de liquidité (emergency liquidity assistance, ELA), dernier viatique pour les banques grecques, « au niveau de vendredi 26 juin ».