Contre l’euro avec l’extrême droite ? Sapir sans soutiens

Par

En appelant, « à terme », les partisans d’une sortie de l’euro à se poser la question d’une alliance avec le FN, l’économiste Jacques Sapir a déclenché une levée de boucliers au sein de la gauche de la gauche. L'occasion pour celle-ci d'une clarification.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 21 août, Jacques Sapir, directeur de recherche à l’EHESS passe le Rubicon. L’économiste, identifié de longue date à la gauche radicale et à l’opposition envers l’euro, écrit sur son blog (dans la version longue d’une interview accordée au site Figaro Vox) que dans la lutte contre l’euro, il lui paraît évident que la gauche doit se rapprocher des souverainistes, et surtout considérer une alliance avec le Front national. Quelques mots qui cristallisent les tensions et les désaccords stratégiques qui couvent au sein de la gauche de la gauche depuis des mois : sortir ou non de l’euro ? subvertir de l’intérieur la logique de l’Union européenne ? Avec quelles alliances ?