EDF: histoire d'une très chère bérézina américaine

Par
En reprenant des actifs de l'électricien américain Constellation, Pierre Gadonneix affirmait donner à EDF un statut de grand électricien international. A peine un an plus tard, Henri Proglio dénoue ce qui peut l'être d'une opération risquée, chère et mal conçue. L'aventure américaine a déjà coûté près de 7 milliards d'euros au groupe public !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devait être l'acquisition phare de la présidence de Pierre Gadonneix : EDF allait être le premier groupe international d'électricité. Il allait s'installer aux Etats-Unis et devenir la vitrine du savoir-faire français en matière nucléaire. Un an à peine après la conclusion de cette acquisition, EDF tente par tous les moyens de limiter la casse.