Ce devait être l'acquisition phare de la présidence de Pierre Gadonneix : EDF allait être le premier groupe international d'électricité. Il allait s'installer aux Etats-Unis et devenir la vitrine du savoir-faire français en matière nucléaire. Un an à peine après la conclusion de cette acquisition, EDF tente par tous les moyens de limiter la casse.