France: Le recul de l'inflation en mai accentue la pression sur la BCE

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

De quoi se plaignent-ils ? Le "marché" ne fait-il pas sa "loi" ? Si les prix baissent n'est-ce pas parce que la "demande" est "moins" "forte" ? Que demandent-ils ? Que la bce "relance" la "croissance" ?

Un Citoyen, lui, s'en fout: il ne "consomme" pas les déchets financés par la "bce" sur fond de pillage écocidaire. Romaric ! Où en êtes-vous ? Cela n'avance pas beaucoup, je trouve.

Pourquoi vouloir de l'inflation ? Avec des salaires et pensions bloqués depuis de nombreuses années (0,3%, c'est pareil que 0,0%), heureusement que les "clients" n'achètent plus et donc que les prix stagnent.

Quelqu'un de calé en économie sait ?

Je ne suis pas expert, loin de là, mais je vois 2 raisons (sans doute liées) :

- La courbe de Phillips (qui a ses limites), nous dit que moins il y a d'inflations, plus il y a de chômage.

- L'inflation faible ne donne pas envie d'investir car il semble alors que les biens ne prennent pas de valeurs et donc ne garantissent pas assez de profits, ce qui in fine grippent l'économie et réduit donc la croissance.

Bon, merci.

  • Nouveau
  • 29/05/2019 21:38
  • Par

"mais a ajouté que la question de la définition même de la stabilité des prix pourrait être étudiée." Nous allons bientôt apprendre que les prix ne sont stables que lorsqu'ils bougent . Le passage à l'économie quantique semble inévitable .

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous