Il n'y a jamais eu autant de chômeurs de longue durée

Par

Le nombre de chômeurs sans activité depuis plus d'un an en France – près de 1,7 million en mai 2012 – n'a jamais été aussi élevé dans notre pays. Un « record historique », s'inquiète l'exécutif.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le chiffre est affolant. En se penchant sur les derniers chiffres du chômage publiés par Pôle emploi, plusieurs experts du gouvernement se sont aperçus que le nombre de chômeurs sans activité depuis plus d'un an en France – près de 1,7 million en mai 2012, soit près de quatre chômeurs sur 10 – n'a jamais été aussi élevé dans notre pays.

De fait, le nombre de demandeurs d'emploi au chômage depuis plus d'un an n'a jamais été aussi haut depuis 1996, date de création des séries statistiques actuelles disponibles sur le site de l'Insee. Et même s'il est difficile d'évaluer le nombre de demandeurs de longue durée avant cette date, il y a fort à parier qu'il s'agisse tout simplement d'un « record historique », s'inquiète l'exécutif, qui ne voit pas par quel miracle la tendance pourrait s'inverser dans l'immédiat.

En mai 2012, la France comptait très exactement 1 681 800 chômeurs n'exerçant aucune activité ou une activité très réduite (les catégories A, B et C). Depuis le début de la crise, ce chiffre a explosé : ils étaient moins d'un million en septembre 2008, mois de la faillite de la banque Lehman Brothers.

 © Pôle emploi © Pôle emploi

Plus alarmant encore, le nombre de chômeurs au chômage depuis plus de trois ans, dont la très grande majorité ne sont plus indemnisés par l'assurance-chômage, a gonflé de 22 % en une seule année. Et les demandeurs d'emploi de longue durée ont une ancienneté moyenne de 468 jours au chômage. Là encore, il s'agit d'un record.

Lundi 2 juillet, le ministre du travail, Michel Sapin, doit annoncer le déblocage de moyens d'urgence pour Pôle emploi, dont on ne connaît pas encore l'ampleur. Le service public de l'emploi ne sera par ailleurs pas concerné par les restrictions budgétaires confirmées, jeudi, par la lettre de cadrage transmise aux ministères par Jean-Marc Ayrault – baisse des dépenses de 7 % en 2013, de 4 % en 2014 et en 2015, sans compter la réduction des effectifs des ministères hors justice, police et éducation nationale de 2,5 % par an.

L'emploi est par ailleurs un des thèmes centraux de la conférence sociale des 9 et 10 juillet, qui réunira les partenaires sociaux au Conseil économique et social, à Paris, afin de déterminer le calendrier des mesures sociales. Début mai, François Hollande s’est donné « un an pour inverser la courbe du chômage ».

Le gouvernement compte bien invoquer quelques mois encore l'héritage de l'équipe Sarkozy, surtout que la hausse actuelle du chômage est en partie due à des plans sociaux retardés ou à l'arrêt des emplois aidés, le gouvernement Fillon ayant consommé en quatre mois 70 % des crédits disponibles afin de contenir la hausse du chômage. Mais il sait aussi que l'argument ne sera pas efficace bien longtemps.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale