La Grande-Bretagne, vrai modèle du gouvernement Philippe

Par

Édouard Philippe a « assumé » vouloir attirer plus de riches en France. Un aveu qui prouve que le gouvernement fonde sa politique économique sur le modèle britannique plus que sur les modèles suédois ou allemand, qu'il ne cesse pourtant de donner en exemples. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans sa prestation télévisée sur France 2 jeudi 28 septembre, le premier ministre Édouard Philippe a fait au détour d’une phrase une révélation. Face à la polémique ouverte par la réduction de feu l’impôt sur la fortune (ISF) en un simple impôt sur la fortune immobilière (IFI), le chef du gouvernement a répondu qu’il « assumait » la défiscalisation des signes extérieurs de richesse, les yachts, chevaux de course, voitures de luxe et autres jets privés… Pourquoi ? « Notre objectif c'est de faire en sorte que le capital reste en France et même d'attirer des gens, y compris des gens riches, en France », a répondu Édouard Philippe.