Les routiers relancent leur mobilisation contre les ordonnances

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

c'est plutôt vive la route et les dépôts.

+++++++ yellyell

Oui enfin à condition de ne pas asphyxier Paris quand même, nous sommes hélas encore trop tributaire du transport par camions 

Fraternitain, Fraternitain... Fraternitain !

  • NPA: "il faut bloquer le pays, bloquer la production"

    " Il ne suffira pas de simples changements institutionnels, d’une 6e République. Il faut que tout soit remis en cause, tout remodelé à partir des mobilisations sociales. En effet, on a pu constater ces dernières années que les organisations, même les plus radicales, qui ne souhaitaient que des changements institutionnels ont échoué et que… ce sont elles que les institutions ont changé."

Sudposte Hauts de Seine.

LE 10 OCTOBRE EN GRÈVE RECONDUCTIBLE

La Poste s'attaque à nos Droits, les ordonnances Macron vont tout saccager !

Construire la grève interpro et reconductible

Aucun texte alternatif disponible.

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, plein air

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, foule et plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout

ma voiture? Je prends les transports en commun, c'est plus ecolo

cest pour ça que je n'aime guère les routiers, je ne vous le cache pas , la plupart pensent de façon réactionnaire , rien a en attendre pour moi

 

BLOQUER LES CAMIONS, C'EST ASPHYXIER PARIS ! © Fraternitain BLOQUER LES CAMIONS, C'EST ASPHYXIER PARIS ! © Fraternitain

"mais que fait-on quand des crminels corrompus sont au pouvoir?"

Vous vivez au Venezuela ? Demandez à Jean-Luc il doit bien avoir un ou deux tuyaux pour vous aider.

 

ouais...... mais jean luc appelle à une manif le 9.....!....la veille ce coup ci.....caisse con fait ????

Excusez-moi si je vous demande pardon, mais quel rapport entre le Venezuela et Mélenchon ? En tous cas, c'est vous qui faites le rapprochement, auquel nul ne songeait.

capture-du-2017-09-30-16-57-36

Jean-Luc Lahaye ?

Vous dites que Jean-Luc Lahaye appelle à une manif le 9 ?

C'est vous qui voyez ! C'est vous qui voyez !

Comme dit l'aveugle au paralytique.

Encore un tract qui parle de pouvoir d'achat et de service public ! Misérable. Pas une ligne pour expliquer pourquoi le transfert du salaire socialisé en CSG est profondément anti-communiste. Ras le cul des syndicats qui refusent de mener le combat.

Jérémie : c'est ton étonnement qui m'étonne encore... Mais c'est toi qui a raison, évidemment !

+1.....ils n'ont toujours rien compris et après on s'étonne que JL Mélenchon fasse "bande à part"

Les plus grands mouvements sont les plus longs à se mettre en place.

Devant la faible mobilisation de la rue soit contre les ordonnances, soit à la manif Mélenchon, soit avec les routiers, on se rassure comme on peut ça va finir par se mettre en place... la mayonnaise va finir par prendre...

Les grandes manifs conte la loi travail XXL, la déferlante Mélenchon, le blocage des routiers, les retraités dans la rue...

Tout ça a fait pschitt! alors on se rabat sur le 10 octobre... et la convergence avec les fonctionnaires, les étudiants, les routiers... 

On nous promet une rentrée sociale difficile depuis l'élection de Macron.

Pour ma part je n'y croit pas, les grandes mobilisations on ne les a jamais vu venir 6 mois à l'avance.

Ah 9 syndicats dites donc! ' a quand une nouvelle scission pour quelle nuance lol?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

"Seul moyen d'expression qu'ils nous laissent"

Vous voulez dire : seul moyen qu'il vous reste une fois les élections perdues deux fois de suite et ne pas avoir réussi à convaincre les Français ?

 

laughing

Révisez vos chiffres ! Les pires de la Ve république... Élection comédie, candidat paquet de lessive, mal élu... Bientôt sur le cul ! laughing

Ah ah, j’aime bien votre slogan (d’autres aurait une version un peu différente mais le votre n’est pas grossier).

En plus il est parfaitement réutilisable, comme par exemple à Marseille si besoin.

Nous en reparlerons le soir du jour venu

Certes l'esprit est prompt mais l'espoir est ténu.

 

Henri Mayer  - intérim de Melchior

mailly et gerber n'avaient rien vu. c'est un constat, mais l'ensuqué électeur choisit ces syndicats lors des élections professionnelles car il pense qu'il vaut mieux négocier le poids des chaines avec le medef. 

on va Quand même pas  voter pour Sud quand on lit leurs tracts lol! 

"mauvaisement" , je m'en réjouis ! Qu'il parte !

@ Fraternitain

Lisez lutôt la prose de votre copain à la palette rouge, en vente dans votre supérette, sans doute plus à votre portée intellectuelle, si on peut appeler "ça"... comme ça ! laughing

camba-ps

 

 

 

 

 OVNI: «Moustache», «lapins», «Kinder»... Les sorties déroutantes de Jean-Christophe Cambadélis

http://www.20minutes.fr/politique/2141395-20170929-ovni-moustache-lapins-kinder-sorties-deroutantes-jean-christophe-cambadelis

 

 

Enregistrer

Vous c'est sûr ! Vous n'auriez pas un bon petit syndicat patronal, c'est tranquille ça ?

Je vote soit pour le CFDT, soit pour la CFTC, soit pour le snb en fonction des élections et de leurs programmes , voilà 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 29/09/2017 22:41
  • Par

 

" Les routiers sont sympas", vous vous souvenez ? 

Bon, si c'est  dans le sens inverse  de ce qu'ils ont fait à Allende, nous dit-on, ce sera ... sympa. 

Une jonction "étudiants / routiers" ?   On aurait tout vu !  Mais la CGT et autre, comme d'habitude nous dit-on (bis),  n'en voudra pas ! 

Quel pataquès !  "El pueblo unido, etc, etc".  En Frennnnnce ?  Baratin.  Chaque "classe" chez elle et le Macron sera bien gardé ! 

Ô rage, ô désespoir, etc.  yell

 

Rappelez-vous 95, Arrue : la convergence routiers/étudiants n'était pas si loin...

Oui, oui, en 68 aussi, et puis la CGT et le PC n'ont pas voulu, alors...

peregrinus

"""(En) 95 ... la convergence routiers/étudiants n'était pas si loin"""

Oui, justement : "pas si loin", et ... non !  Et aujourd'hui, dans les têtes, encore moins question de "franchissement" des barrières de "classe". 

À moins que ...  Que quoi ? 

 

Ces organisations ne sont plus ce qu'elles étaient en 68 : le PC est insignifiant et bien encombré de sa liberté contrainte (les habitudes étant tenaces, il a bien tenté de s'assujettir au PS, mais celui-ci est à son tour à l'agonie : quel sens de l'histoire ; pour de pseudo-marxistes, c'en est pathétique !), et la CGT redécouvre lentement les vertus du syndicalisme indépendant (enfin, presque)...

Pour 36 je suis plutôt d'accord (je n'étais pas né, mais j'en ai beaucoup "entendu causer"). Pour 68, ils n'ont pas pu empêcher la grève générale, mais ils ont tout de même fait en sorte que ça ne marche pas. Deux mois de grève pour une chambre bleu horizon ce n'est pas vraiment ce que j'appelle "gagner"... (L'augmentation immédiate des salaires, c'était tout de même une victoire, je suis d'accord). Et depuis c'est encore pire...

Pour comprendre:http://lesmoutonsenrages.fr/2017/09/26/gerard-filoche-ordonnances-travail-ou-anti-travail/

Bon il avait dit de voté Macron,mais on lui pardonne il est vieux est il a du connaitre 1940 et les nationaliste sa doit lui mettre la trouille mais c est un des rares qui connait bien le milieu du patronat véreux.

Filoche, la caution de gauche du PS, qu'il dégage.

"je l'ai tellement estimé comme inspecteur du travail , mais ensuite quelle chute !"'

 

Lisant un peu rapidement j'avais, dans un premier temps, lu "quelle pute" !

Il faut cependant écouter Filoche sur ce qu'il dit des ordonnances Macron et sur l'avenir (misérable) que nous prépare Macron, et aussi se poser très vite la question de "comment arreter Macron".

L'analyse de sa présentation m'a semblé à peu près complète et factuelle, avec plus d'importance sur notre avenir qu'on ne l'entend en général.

* * * * * *

winksmile

laughing

A voir les réactions de beaucoup de français (" pris en otages")  quand leur bagnole chérie est privée de son précieux liquide ... je crains qu'ils ne se mettent pas du côté de la lutte !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 30/09/2017 11:20
  • Par

Les employeurs des routiers concernés par ces frais seront probablement d'accord pour ne rien changer à la situation actuelle (les salaires des chauffeurs sont bas, ces frais sont considérés comme un complément et pour l'employeur ne supportent pas de prélèvements). Ce sera au gouvernement de décider si une dérogation peut être mise en place pour les transporteurs.

 

ne rêvez pas ils ne vont pas bloquer quelques semaines, ça va durer trois jours, max. cinq comme l autre fois sous Valls 

Comment firent les mineurs du Yorkshire du temps de Margaret Thatcher ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A8ve_des_mineurs_britanniques_de_1984-1985

Ils furent aidés par quelques autres. Ils ont perdu, mais ils étaient trop seuls ...

Actuellement, ce n'est plus un problème de charbon; c'est un problème de choix de société : veau d'or pour seulement quelques uns, ou bien solidarité de tempérance.

  • Nouveau
  • 30/09/2017 16:07
  • Par

lamentable, une gréve avant les entretiens avec leur patron, qui  eux disent ne rien vouloir changer. Si jamais cela se produisait il auraient tout loisir defaire gréve dans leur entreprise et emmerder leurs patrons. peur de ne pas savoir négocier ou bien les syndicats qui profitent de l'aubaine car plus crédibles. Sans doute la merguez party est elle plus spectaculaire..Si les négociations se font dans les entreprises au lieu de la branche c'est la qu'il faut faire gréve..pas dans les ronds points.

La France est un pays curieux où on dénonce la nature monarchiste du pouvoir mais où on attend du monarque qu'il règle les moindre détails de la vie. 

Il y a une notion, introduite par Keynes, nommée improprement en français la "demande effective": le comportement des entrepreneurs en matière d'investissement dépend en grande partie de l'idée qu'ils se font de l'évolution de la demande. Pour qu'ils embauchent, il faut qu'ils s'attendent à une demande future suffisamment soutenue.

Mais s'ils craignent que la demande fléchisse et si le coût du facteur travail et/ou du capital, lui, ne fléchit pas... Je vous laisse poursuivre le raisonnement.

Vous devriez aller au bout du raisonnement.

Si dans nos contrées, le coût est trop élevé. Que dans d'autres contrées ce coût est juste au regard des préceptes. Qu'au fil du temps ces pays à coût inférieur finissent par nous rejoindre dans l'excès de coût. Alors nous devrions les attendre sans rien faire.

C'est bien pour ça qu'il faut changer de Système et toute l'Organisation qui va avec pour évoluer et aller dans le bon sens où entrepreneurs et salariés se trouvent satisfaits du fonctionnement...

Chercher à contenter les uns nuit aux autres et inversement, c'est aujourd'hui la situation et on perd un temps et une énergie folles à se disputer en vain. On n'en sortira jamais si en haut-lieu, nul ne veut faire l'effort de discuter, d'apprendre et de construire ensemble un nouveau modèle économique de développement, avec tous ceux qui sont concernés. On n'en sortira jamais et on aboutira à des guerres cruelles (comme il y en a déjà un peu partout).

On peut investir dans de nouvelles machines, si l'on espère avoir une augmentation des commandes (c'est la demande).

Les nouvelles machines peuvent tourner avec le nombre de salariés du moment (gain de temps avec l'automatisation).

Si les commandes augmentent réellement, alors on embauche de nouveaux salariés, mais pas avant.

Si les commandes diminuent, on diminue le nombre de salariés si nécessaire, mais pas avant.

Si c'est le statu quo, rien ne change, sauf le bénéfice pour le patron, qui doit payer les nouvelles machines. Là, il aura peut-être envie d'avoir des salariés "moins chers", pour augmenter sa marge bénéficiaire ...

Par contre, l'automatisation peut apporter une meilleures qualité du produit. De ce fait, on peut espérer agir sur l'offre ...

Ai-je bien compris ?

surprised

L'économie de marché régulée permet une relative satisfaction des uns et des autres, en admettant : qu'il faut du profit pour inciter les entrepreneurs, qu'il faut une élévation du niveau de vie pour satisfaire les salariés.

Différence entre la régulation à droite (ordolibéralisme) et la régulation à gauche (social-libéralisme) : pour la RD-OL le profit est une fin et la satisfaction des travailleurs un moyen, tandis que pour la RG-SL le profit est un moyen et la satisfaction des travailleurs une fin.

Personnellement je pense que la régulation à gauche a un bel avenir devant elle, mais à un horizon mal défini.

Vous avez raison de souligner la variable rapport du capital et du travail (K/L). Je raisonnais toutes choses égales par ailleurs (ceteris paribus), ce qui est une simplification utile pour le raisonnement mais abusive pour décrire le réel.. Il reste que plusieurs conditions sont nécessaires pour décider l'entrepreneur à embaucher :

l'anticipation raisonnable d'une demande suffisante et soutenue

la perspective d'un excédent de rentrées sur les coûts au moins à moyen terme

la confiance dans la monnaie et le crédit

l'espoir d'une stabilité sociale (absence de turbulences).

 

Une tâche pour tout gouvernement, de droite ou de gauche ou ni de droite ni de gauche) est de rassurer les entrepreneurs et de leur donner confiance. Même Mélenchon, s'il venait au pouvoir, serait contraint de leur chanter une berceuse.

Et voilà pourquoi votre fille est muette.

Vous noterez que j'ai prononcé une énormité, dont visiblement personne ne s'offusque : «Ces gens sont des idéologues du marché, totalement incompétents en économie.» Parce qu'ils reconnaissent l'appropriation de la monnaie en circulation (la croissance) et ne reconnaissent pas les échanges de nécessités entre personnes et entre personnes et nature, qui sont nuls de valeur monétaire ou trop peu valorisants.

 

L'économie (la discipline économique, economics) a pour objet l'allocation des ressources rares et des biens économiques (economy). Elle ne s'occupe du reste que dans la mesure où il recoupe son objet. Je ne vois guère comment il pourrait en être autrement.

Tout s'explique ! L'économie ignore ce qui ne l'intéresse pas.

Elle  ignore de moins en moins les interactions entre ce qui relève de son champ et ce qui n'en relève pas directement. Mais son champ d'étude, ce sont bien les phénomènes économiques.  

 

L'ophtalmologie ne doit pas négliger la physiologie en général, cette branche de la physique qu'est l'optique, les sciences du système nerveux, etc. Elle n'en est pas moins légitimement centrée sur l'oeil et la vision.

Trop théoriques vos explications, elles ne mettent pas en valeur les enjeux cruciaux qui sont à l'œuvre aujourd'hui.

wink 

Bonne répartie!

Rien ne vous empêche d'apporter corrections et compléments.

Étudier un phénomène devrait amener à l'inclure dans une réalité préexistante. Il semble que l'orgueil de la science économique lui fait penser être au centre de l'univers et régenter toutes ses règles. La science économique se voudrait être en même temps humaine et fondamentale. Un peu présomptueux pour une technique digne d'un tamagotchi.

 

Le tamagotchi a été inventé dans l'unique but d'amuser les enfants en particulier ceux qui n'ont pas d'animaux domestiques et se sentent seuls. Mais c'est aussi un bon moyen d'inciter les enfants à s'occuper d'un animal, sous peine de le voir mourir. Il existe plusieurs coloris, et les versions 1, 2, 3, 4 et 5 peuvent aussi se connecter entre elles

Qu'appelez-vous "une réalité préexistante" ? Qu'entendez-vous ici par "inclure" ?

"Il semble que" : sur quoi vous fondez-vous pour affirmer cela ? Enfin qu'appelez-vous la "science économique" ?

Je passe sur "régenter toutes ses règles", écrit sans doute trop vite.

 

Les tamagochi ne sont-ils pas un peu passés de mode ? à part Mélenchon, bien sûr.

La question importante est pourquoi n'y a-t-il aucune virgule dans mon texte...

Une question presque aussi importante est de savoir où en est la mobilisation des routiers.

Non les seules questions qui méritent d'être posées sont :

Qu'appellent-on "investisseur" ? Sont-ils légitiment pour investir ? D'où tirent-ils les capitaux qu'ils investissent ? Le crédit se faisant par création monétaire des banques privées, les investisseurs investissent-ils réellement leurs capitaux ?

Car si nous répondons à toutes ces questions alors apparait au grand jour qu'ils ne sont que des prédateurs ponctionnant sur le travail la plus-value, produite par les forces de travail qui sont sur les postes de travail dont ils sont les propriétaires, et qu'ils ne nous prêtent que ce qu'ils nous ont volés. Au titre de cette propriété.

Du coup un laïus pareil apparait également pour ce qu'il est, capitaliste jusqu'au bout des ongles: "L'économie de marché régulée permet une relative satisfaction des uns et des autres, en admettant : qu'il faut du profit pour inciter les entrepreneurs, qu'il faut une élévation du niveau de vie pour satisfaire les salariés." C'est bien connu les exploités se portent bien de par le monde... Relative satisfaction immonde de celui qui n'a jamais faim dans un monde de crève la faim. Le profit pour inciter des voleurs ? Non, la récupération par les travailleurs de ce qu'ils produisent. Le capital est illégitime.

Votre régulation à "gauche" est une mascarade: c'est juste une variante un peu moins déshumanisée d'une régulation bien de droite car bien en faveur de prédateurs qui ne produisent rien. Le crédit est à détruire, le marché du travail aussi. Et la propriété lucrative est a remplacé par la copropriété privée d'usage. Ça c'est de gauche.

C'est cela, oui...

Le monde peut s'écrouler autour de vous que vous continuerez à déblatérer les mêmes rengaines inlassablement, en bon perroquet capitaliste, quand bien même votre système entraine sous vos yeux la moitié de l'humanité et les trois quart des espèces vivantes à en crever.

Mais vous, ça va. Relative satisfaction. Sans aucun argument dès qu'on creuse un peu.

Et blablabla.

Ha ha !

Pas remis de la dernière discussion labuche ? Des concepts un peu trop anticapitalistes pour la cfdt ? Toujours en marche vers l'économie de marché régulée à gauche et la démocratie pluraliste perfectible des droits de l'homme et du citoyen ?

Vous prenez tellement les autres pour des cons, souffrez qu'ils débusquent votre propagande... Vous pensez réellement que j'écris ces commentaires pour vous ?

 

 

Tzuimmmmmm Tchac.

Blah...

Intéressante réponse. Merci.

Il faut rassurer les entrepreneurs ET les salariés.

S' l'on ne rassure que les entrepreneurs, la stabilité sociale est impossible.

Si l'on ne rassure que les salariés, la croissance est impossible car on enlève l'énergie des entrepreneurs.

Le PR actuel, aux commandes depuis plus de 5 ans, donne aux riches de l'argent qu'il prend aux plus démunis.

C'est une attitude a-républicaine et a-chrétienne. Demandez à Gaël Giraud, qui doit se souvenir de l'histoire du manteau de Saint-Martin !

J'espère que votre amie "Art Monica" est OK. Souvenir, souvenir ... laughing

Izan ongi (portez-vous bien).

Bonjour,

Qu'entendez-vous par "entrepreneur" ? Quel est la différence entre "rassurer les entrepreneurs" et rassurer les "marchés" ? Pourquoi les travailleurs devraient-ils être rassurés ?

Merci d'avance pour vos réponses.

P.S: si un secteur peut servir pour répondre aux questions, prenons par exemple celui qu'usul à choisit pour son premier post.

Je n'aurai donc pas cet honneur d'avoir une réponse.

A défaut je propos:

Celle de Lordon venu défendre des salariés, à rassurer diriez-vous en coeur, contre des investisseurs qui délocalisent parce que les bénéfices sont insuffisants, donc des "entrepreneurs" trouvent que faire du 5, 6, voire 10% de bénéfice est insuffisant ! A "rassurer" eux aussi donc d'après vos dire... Je ne sais pas dans quel monde vous vivez.

Frédéric Lordon : "Il faut en finir avec le capitalisme" - Le réveil des betteraves © Planetes360

 

celle d'Eric Coquerel en réponse à Lemaire:

Eric Coquerel député LFI face à Olivia Grégoire députée LREM 28/09 © Marina Grim

 

Plus sérieusement:

Frédéric Lordon - Quelle Stratégie Pour Rompre Avec l'Austérité? - 02/2016 © PasseLeMessage

Tout y est évoqué:

Bernard Friot et Frédéric Lordon chez Tropiques © Telequatorze

Vous me rappelez une ophtalmo qui répondait à quelqu'un lui disant d'être humaine : je m'occupe des yeux et pas du reste. Olé Hippocrate !

Bonjour. Pour moi, l'entrepreneur (travailleur) est la personne qui "possède" l'entreprise, donc les dépenses et les recettes de l'entreprise. L'entrepreneur est responsable de la gestion comptable de l'entreprise (son entreprise). S'il est obligé d'emprunter, il dépend de la banque, donc du marché. C'est inéluctable. Le salarié (travailleur) est la personne qui fait marcher l'entreprise, en permettant d'engranger des recettes (par son travail) tout en étant une partie des dépenses (par son salaire qui, si l'entreprise est endettée, dépend indirectement de la banque).

Le système capitaliste ne peut fonctionner sur le long terme que s'il est tempérant. Et c'est l'entrepreneur qui donne le ton, comme un chef de choeur. S'il se trompe, c'est la cacophonie navrante et la chute.

Le système communiste, c'est comme le christianisme, à savoir un idéal encore inaccessible à l'être humain actuel, très attaché culturellement à la propriété, à ce qu'il "a".

Vous ai-je répondu correctement ?

Merci pour la réponse.

On voit bien dans votre réponse qu'il existe toujours une confusion majeure entre des termes qui peuvent recouvrir des fonctions économiques différentes.

Je considère que seul le travail crée de la richesse. Et vous aussi d'ailleurs car vous essayer de faire la différence entre un entrepreneur-travailleur et un entrepreneur-capital pur que représente la banque. Si c'est cette dernière qui finance à crédit avec intérêt l'activité économique qui va générer de la valeur, alors c'est une chaine de prédation: la banque prélève sur le travail que vont fournir l'entrepreneur travailleur et son salarié, et ce au titre du droit de propriété d'une créance de dette. L'on pourrait considérer que dans ce cas, c'est la banque qui est la propriétaire. Et l'entrepreneur travailleur va, lui, extorquer la plus-value que le travail de son salarié produit. Il s'extorque à lui même une plus value pour la banque d'ailleurs, voir les auto-entrepreneurs. Et tout ça au titre que la banque prendrait un risque et que l'entrepreneur travailleur aussi. Pour le second c'est un peu vrai car en cas de défaut l'état ne viendra pas à son secours. Pour la banque en revanche, la crise de 2008 nous a encore une fois montré que quoique qu'elles fassent, les profits sont pour elles et les pertes pour les corps sociaux dans leur ensemble. Vous dites que le système capitaliste doit être tempérant: il faut surtout qu'il vive à crédit (une des institutions du capital). Et les capitalistes coutent très cher aux travailleurs, sans rien produire de nécessaire.

Contrairement à ce que vous pensez le communisme n'est pas l'absence de propriété. C'est au contraire l'extension de la propriété à ceux qui en sont dépourvus: la propriété de leur travail pour les travailleurs, c'est à dire la récupération de la plus value qu'ils génèrent. Et en conséquence la copropriété privée de leurs outils de travail. Les institutions communistes qui permettent l'investissement existent: il s'agit de la subvention adossée sur la cotisation sociale. Il ne faut surtout pas que l’État soit propriétaire de tout, le XXème nous a vacciné.

Imaginons un peu: une caisse de subvention qui financerait l'activité de l'entrepreneur travailleur sans intérêt. Entrepreneur-travailleur chef d'orchestre, stratège, chef d'équipe, avec hiérarchie décisionnelle. Mais co-propriétaire d'usage de l’outil avec son salarié. Salarié dont le salaire ne serait pas issu de la production de l'entreprise, mais de caisse de salaire de type régime général, donc adossé à la cotisation. Alors, la prédation que les uns opèrent sur les autres disparait. En terme de PIB annuel en France cela reviendrait à récupérer les 700 milliards que les propriétaires lucratifs nous piquent tous les ans, car 1350 milliards retournent en salaire uniquement sur les 2100 que le travail produit. Ce qui permettrait que nous sortions enfin du sous investissement chronique dans lequel ils nous plongent en permanence: ils ne "réinvestissent" que 400 milliards, où ils le veulent, comme ils le veulent, aux conditions qu'ils veulent avec ce chantage ignoble à la pauvreté que le chômage engendre en cas de délocalisation. Et les 300 autres, ils 'en servent pour des train de vie immonde et autres bulles spéculatives. Les capitalistes se foutent d'ailleurs éperdument de la valeur d'usage créée tant que cela permet de valoriser du capital (médiator, mathématique financière, émission télé débile pour pubs débiles, ferme des 10000 vaches,...).

Le capital naturalise ses institutions que sont le crédit à intérêt, le marché du travail et la propriété lucrative. Ce n'est pas une fatalité, nous savons produire autrement. En France, 1/4 du PIB est produit en dehors du marché du travail par des salariés à vie hors emploi, salariés à vie dont les outils ont pour beaucoup été subventionnés sans faire appel au marché des capitaux, et qui sont, bien que toujours attaqués, encore copropriétaires d'usage de leurs outils. Voulons-nous l'étendre à tous ?

  • Nouveau
  • 01/10/2017 11:17
  • Par

un lot de crétin à 10.000 balles par mois..

Avec la concurence libre et non fausee ca va etre dur de maintenir des niveau de salaire en rapport avec le coup de la vie si on se base sur les salaires des pays de l'est (et la directive travailleur detache) pour remunerer les travailleurs

Seriez-vous d'avis de rétablir des barrières douanières entre les régions françaises ? Non, n'est-ce pas ? Vous êtes favorable à la concurrence libre et non faussée à l'intérieur du pays ?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

à Agnès Gouinguenet

 

La formule de l'ophtalmo est évidemment maladroite... Ce n'est pas la mienne à propos de la vie économique.

Maladroite l'ophtalmo ? Vous êtes bien indulgent ...

Je ne peux pas la condamner sans connaître le contexte.  Bien sûr quand un spécialiste reçoit un patient il est avec lui en colloque singulier, donc en relation d'humain à humain, et en tant que médecin il ne doit pas ignorer qu'il a devant lui un patient, dont l'état de santé forme un tout qui fait système; cela dit l'ophtalmo peut être amené légitimement à rappeler qu'on est venu le voir pour un problème de vision et que c'est bien son domaine de compétence.

 

De même un économiste peut dire à un politique : "si vous telle mesure cela risque d'entraîner telle conséquence économique." Sa compétence d'expert s'arrête là, ce qui n'empêche pas ses opinions de citoyen plus ou moins éclairé.

Parce que la compassion humaniste, ce n'est pas de la compétence d'un médecin, ophtalmo ou pas ophtalmo ? Pas du tout d'accord avec vous sur ce coup-là. L'expert médecin est médecin avant tout, expert ensuite.

L'économiste et le politique sont des humains avant tout. Economiste et/ou politique ensuite.

Pour en revenir à l'ophtalmo, la personne examinée est handicapée; elle fut tellement brusquée qu'elle en a perdu une bonne partie de ses moyens visuels et a mis 3 jours à s'en remettre. Bravo l'expertise !

Portez-vous bien.

tremble, ô Pouvoir Patronal! gémis, Jupiter!

le réveil du Berger sonne ici la révolte

sens tu venir à toi le courroux et l'enfer?

mais non, n'aie pas de peur ce ne sont que parlottes!

du vide sidéral du syndicat des jaunes

tu as d'ores et déjà bien maîtrisé la donne...

 

et m... au correcteur orthographique sur les portables

merci pour vos commentaires

 

 

 

 

 Si je puis me permettre, vous pourriez en faire (et damnation) votre premier billet, après avoir :

corrigé l'orthographe

à se prendre des baffes

la rime à la fin fignolé

jaune et donne c'est trop olé olé

enfin bien pesé la pertinence

de votre propos dans une balance.

 

Henri Mayer  -  intérim de Melchior

 

à Jeremiechayet

 

"je considère que seul le travail crée de la richesse"

Vous avez évidemment le droit de le penser. Sans vouloir faire appel à l'argument d'autorité, je rappelle que Karl Marx, qui n'était pas le premier venu, était d'une autre opinion (voir la Critique du programme de Gotha).

En fait il y a quatre facteurs, ou groupes de facteurs, de production (L, K, N, T) : le facteur travail, le facteur capital, le facteur naturel (matières premières et sources d'énergie), et le facteur connaissances techniques)

 

. Le rôle de "l'entrepreneur"(que ce soit un capitaliste, l'initiateur d'une start-up ou les fondateurs d'une coopérative) est de réunir et de combiner les facteurs de production pour assurer une activité productive rentable.

Capital = travail accumulé.

Connaissance technique = travail accumulé.

Pouvez tourner autour du pot et utiliser Marx pour légitimer le capital, la manœuvre est grossière: vous êtes incapable de reconnaitre aux travailleurs qu'ils sont les seuls à produire la richesse. Vous les haïssez, comme votre classe le fait.

Re-blah blah ressentimental. Vous vous montrez incapable d'argumenter sereinement. 

Vous êtes imperméable aux arguments. Vous n'avez jamais regardez ni commentez une seule des longues vidéos que je vous ai posté. Vous rebondissez toujours sur des petites phrases avec des petits jeux de mots. Ça fait 7 ans que je le sais, alors ne venez pleurnicher et allez discutez avec les vôtres. Et oui, vous êtes incapable en un mot de dire ce qui produit la richesse. Je le peux, et tout le monde le comprend: le travail.

melgrilab est centriste, son pseudo serait plus parlant comme ceci : Tina Socdem. Cela répond à toutes vos critiques à son sujet.

Ce qui produit des richesses, c'est les facteurs de production combinés.

 

 

Mieux vaudrait être centriste que triste, mais je ne suis ni l'un ni l'autre.

J'accepte "socdem", pas "tina".

Les critiques de Jeremiechayet à mon égard traduisent son attachement à une vision du monde précapitaliste - celle des paysans allemands lors de la guerre des paysans ( ça ne nous rajeunit pas).  En fait, il se passerait très bien non seulement des Lumières, mais même de la Renaissance.

Absolument pas. Vous voyez qu'à part la caricature vous êtes incapable de penser un autre monde que capitaliste. Quand bien même la planète est à feu et à sang, l'humanité de milliards de vos semblables niée, la sixième grande extinction des espèces commencée. La Renaissance ou Les lumières, qui ne sont jamais les vôtres, vous êtes rester coincé dedans: depuis nous avons inventer le salaire à vie à la qualification, la cotisation sociale et le régime général, les conventions collectives, les retraites, qu'être parent est un travail, la subvention de l'investissement, la copropriété d'usage. Toutes choses qui nous permettent de produire de façon communiste dans ce pays, et qui nous permettrons de produire pour le XXIème siècle de façon écologique et anticapitaliste à grande échelle. Vous avez vraiment un coté vieillot bien ancré avec vos paysans allemands.

Sûrement.

 

Bonne continuation.

A vous aussi.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale