Impôts : les injustices n’ont (presque) pas été corrigées

Par

Selon l'Institut des politiques publiques, les mesures fiscales inscrites dans le budget pour 2013 ne vont pas corriger le principal défaut de l'impôt sur le revenu, qui reste dégressif pour les plus hauts revenus. Radiographie d'une étude passionnante, qui prend les socialistes à rebrousse-poil, et entretien vidéo avec l'un de ses auteurs, l'économiste Antoine Bozio.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

François Hollande n’aime guère qu’on lui reproche de ne pas avoir tenu ses engagements de campagne en faveur d’une vaste réforme des impôts. Et à ceux qui lui font grief de ne pas avoir engagé la « révolution fiscale » promise, notamment en recréant un nouvel impôt général et progressif sur tous les revenus, il répond que, pourtant, un bon bout de chemin a déjà été fait. Avec, entre autres, le plafonnement de certaines « niches », un début d’alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail, la création d’une nouvelle tranche à 45 % pour l’impôt sur le revenu et même une taxe provisoire de 75 % pour les revenus supérieurs à un million d’euros. Sous-entendu, la « révolution » n’est pas encore victorieuse, mais elle est engagée…