Les tensions entre Paris et Rome jettent une ombre sur FCA-Renault

Par
La proposition d'un rapprochement à 30 milliards d'euros entre les groupes Renault et Fiat Chrysler (FCA) a enthousiasmé les investisseurs, obtenu l'appui conditionnel de la France et de l'Italie et même un soutien prudent de la part des syndicats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS/ROME (Reuters) - La proposition d'un rapprochement à 30 milliards d'euros entre les groupes Renault et Fiat Chrysler (FCA) a enthousiasmé les investisseurs, obtenu l'appui conditionnel de la France et de l'Italie et même un soutien prudent de la part des syndicats.