Libre-échange: Hollande demande l’arrêt des discussions sur le Tafta

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’exercice traditionnel de rentrée pour le président de la République : le discours de politique étrangère devant les ambassadeurs français, rassemblés dans la grande salle de l’Élysée. L'occasion pour François Hollande de faire le point sur sa vision de la France dans le monde, alors que celle-ci se trouve simultanément mêlée à de nombreux dossiers aussi divers que cruciaux (lutte contre le terrorisme, intervention militaire en Syrie, multiples crises européennes, résolution du conflit en Ukraine…). C'est finalement sur la question du TTIP (ou TAFTA pour ces adversaires) – le traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis – que le chef de l'État a été le plus ferme, sortant des formules convenues, des propos flous et de la litanie des bonnes intentions pour opérer un revirement complet sur ses positions de début de mandat.