Nouveau suicide chez PSA: Mediapart lance le débat

Par
Alors que PSA a confirmé lundi 31 mars le suicide d’une de ses anciennes employées, le septième cas depuis début 2007, Mediapart a décidé de lancer le débat sur le stress lié à l’activité professionnelle et sur les suicides au travail.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Lundi 31 mars, PSA confirmait qu'une de ses anciennes employées, assistante du service direction de la communication de Peugeot, s'était suicidée. Depuis 2007, il s'agit du septième suicide d'un salarié de l'entreprise.

 


Cette mère de deux enfants âgée de 41 ans s'est donnée la mort le 21 mars, à son domicile d'Antony (Hauts-de-Seine). Après près de vingt et un ans chez PSA, elle s'était vue signifier son licenciement économique le 12 décembre dernier. Mais elle faisait toujours partie des effectifs du groupe, puisqu'elle profitait d'un congé de reclassement.

 

Selon son avocat, le suicide de cette jeune mère de deux enfants est directement lié aux conditions de son départ. « Ce plan de départ l’a laminée, elle était désespérée et s'est retrouvée seule face à son problème d’emploi pendant son congé de reclassement » », affirme Me Dominique Ozenne. Quatre jours avant de se donner la mort, le 17 mars, elle était revenue au bureau une dernière fois pour prendre ses affaires. Une visite qui l’avait alors « très affectée », selon le témoignage de sa belle-sœur.

 

PSA refuse de commenter les détails de l'affaire, « d'ordre privé » selon un porte-parole. Selon lui, cette salariée avait quitté l'entreprise depuis trois mois. Et si elle a été licenciée, ajoute-t-il, c'est parce qu'elle avait accepté de faire partie d'un vaste plan de départs volontaires lancé par la direction de PSA en mai 2007 pour réduire les coûts.

Ce suicide a eu des conséquences : PSA a renforcé la semaine dernière son plan de prévention du mal-être au travail. Un plan mis en place en juillet 2007, après une série noire de suicides. Mais le groupe rappelle, également, que sur une population de 200 000 salariés, il peut arriver que des salariés mettent fin à leur jour. Sans que cela ait un rapport avec leur activité professionnelle.
Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Parce que Mediapart est un journal, le journal de ses lecteurs, il nous paraissait important de profiter de l'espace infini que nous offre le web pour lancer un débat très large sur le travail, ses pathologies et les nouvelles formes d'organisation dans l'entreprise. Il sera alimenté du côté de la rédaction par des articles, des prises de position, des études, des éclairages. Il sera aussi, nous l'espérions, alimenté par vous, que vous soyez employé, cadre, chercheur... Si de cet espace de débat émergent des thèmes jusqu'ici passés inaperçus, ils pourront être également développés dans le journal sous forme d'enquête ou de reportage. Rendez-vous, donc, sur notre édition " Le travail en question" pour alimenter le débat.

 

Actualisation : cet article a été remanié mardi matin, pour tenir compte des évolutions de l'actualité.