Premières économies issues de la fusion des Régions

 À l'occasion d'une rencontre avec le président de la République, les Régions mettent en avant leurs efforts de gestion et réclament de nouveaux pouvoirs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La fusion des régions permet déjà de faire des économies », affirme Philippe Richert, président (LR) de l'association Régions de France. À l'origine sceptique sur cette réforme, le patron de la région Grand Est se veut aujourd'hui plus positif. Dans sa première grande opération de mutualisation, le fibrage numérique de la région, Philippe Richert revendique 500 millions d'euros de gains sur cinq ans. « Nous avions prévu de couvrir 60 % de la dépense, soit 800 millions d'euros, mais on a imposé aux opérateurs de prendre 80 % de l'effort », savoure-t-il. Le conseil régional du Grand Est a aussi renégocié la convention TER avec la SNCF, gagnant 200 trains par jour pour une facture réduite de 10 millions d'euros. Autre indicateur, la progression annuelle du stock de dette est passée de 150 millions pour les trois régions précédentes à 20 millions l'an dernier et zéro cette année.