Placement préféré des Français et notamment des plus modestes, le livret A est un symbole, à lui seul, des reniements de François Hollande et des mauvaises manières dont il a fait preuve à leur égard. D’abord, la promesse qu’il avait faite durant sa campagne présidentielle d’un doublement du plafond des dépôts autorisés n’a été que partiellement honorée. Ensuite, et contre toute attente, l’argent ainsi collecté a été partiellement détourné au profit des grandes banques privées. Enfin et surtout, le livret A, qui est supposé garantir la rémunération de l’épargne populaire, s’apprête à prendre un nouveau coup : le 1er août prochain, son taux de rémunération va tomber à seulement 1 %, ce qui n’était jamais advenu depuis la création du premier livret qui est son ancêtre, le 22 mai 1818, voici bientôt deux siècles.