A Laguiole, les couteliers veulent labelliser leur nom

Par Romain Gruffaz

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans l’Aveyron, le nom fait partie depuis longtemps du vocabulaire usuel. Là-bas, on a « son » laguiole (à prononcer « layole »), l’emploi du pronom possessif exprimant un attachement matériel autant que sentimental à un couteau auquel, bien souvent, bon nombre de souvenirs sont liés. « On vend beaucoup de couteaux à des gens qui viennent parce que leur père ou leur grand-père en avait un », confie Honoré Durand, coutelier installé dans le petit village de 1 300 habitants, heureux de cette forme d’appropriation mais beaucoup moins d’une autre.