Bolivie: le pouvoir intérimaire accuse Evo Morales de « déstabilisation »

Par

Le gouvernement intérimaire de la Bolivie a accusé mardi l’ancien président bolivien Evo Morales, qui vit en exil, de s’efforcer de « déstabiliser » le pays et de mener une campagne de « désinformation » en vue des prochaines élections.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le gouvernement intérimaire de la Bolivie a accusé mardi l’ancien président bolivien Evo Morales, qui vit en exil, de s’efforcer de « déstabiliser » le pays et de mener une campagne de « désinformation » en vue des prochaines élections.