Niger: 15 militaires tués et 6 portés disparus après une attaque « terroriste » dans le sud-ouest

Par

Quinze militaires nigériens ont été tués samedi et six autres sont « portés disparus », après une attaque « terroriste » dans le département de Torodi (sud-ouest) proche du Burkina Faso, a annoncé dimanche soir le ministère nigérien de la Défense.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Quinze militaires nigériens ont été tués samedi et six autres sont « portés disparus », après une attaque « terroriste » dans le département de Torodi (sud-ouest) proche du Burkina Faso, a annoncé dimanche soir le ministère nigérien de la Défense.

Le ministère a expliqué que les forces de sécurité qui étaient en mission de ravitaillement avaient d’abord été prises dans une « embuscade tendue par des groupes armés terroristes » avant que les militaires tentant d’évacuer les blessés ne tombent « sur un engin explosif improvisé ».

Le bilan total de cette attaque qui s’est produite samedi vers 10H00 GMT (11H00 locales) est de « 15 militaires décédés, 7 blessés, 6 portés disparus », précise le communiqué.

« Un large ratissage de la zone » par des forces terrestres « appuyées par l’aviation militaire » a été engagé afin « de mettre la main sur les terroristes », poursuit le texte.

Le département de Torodi est situé dans le sud-ouest de la région de Tillabéri qui se trouve dans la zone dite des « trois frontières » entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

Cette zone, est le théâtre de fréquentes attaques de groupes jihadistes sahéliens dont l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, affilié à Al-Qaïda).

Les attaques des jihadistes présumés ciblent de plus en plus les civils dans région de Tillabéri, un vaste espace aride et enclavé.

33 villageois ont été tués dans deux attaques distinctes, dimanche dernier et mercredi, plus au nord, près de la frontière malienne.

Un contingent de 1.200 soldats de l’armée tchadienne, réputée la plus aguerrie de la région, a été déployé dans la zone des trois frontières, dans le cadre de la force multinationale antijihadiste du « G5 Sahel » regroupant cinq pays (Mauritanie, Mali, Burkina, Niger, Tchad).

Mediapart n’a pas participé à la rédaction de cette dépêche, qui fait partie du flux automatisé de l’Agence France-Presse (AFP). L’AFP est une agence de presse mondiale d’origine française fournissant des informations rapides, vérifiées et complètes sur les événements qui font l’actualité nationale et internationale, utilisables directement par tous types de médias. En savoir plus.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous