France-Algérie: « ni déni ni repentance » (ambassadeur)

Par

La réconciliation entre Paris et Alger doit s’inscrire dans le cadre d’une reconnaissance mutuelle qui ne soit « ni le déni, ni la repentance », affirme mardi l’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, dans une interview à un quotidien algérien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La réconciliation entre Paris et Alger doit s’inscrire dans le cadre d’une reconnaissance mutuelle qui ne soit « ni le déni, ni la repentance », affirme mardi l’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, dans une interview à un quotidien algérien.